Huit ans après la rafle d’Auvers-sur-Oise, la justice d’exception « antiterroriste » renonce à poursuivre des réfugiés iraniens

Communiqué LDH

Il y a huit ans jour pour jour, la justice d’exception « antiterroriste » française déclenchait une rafle visant les opposants à la dictature iranienne réfugiés en France du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). Il est très rapidement apparu que cette vaste opération politico-judiciaire, visant de prétendues infractions de terrorisme et de financement d’activités terroristes, ne reposait sur aucun élément sérieux et ne pouvait s’expliquer que par la volonté de donner des gages au régime de Téhéran dans le contexte de négociations commerciales intergouvernementales.



La LDH a toujours soutenu les réfugiés iraniens visés par cette procédure, à la fois parce qu’elle demande la disparition de la justice d’exception qui en est à l’origine et parce qu’en l’espèce l’atteinte au droit d’asile et à la liberté des personnes visées n’était justifiée par aucun fondement sérieux d’ordre public.

Après huit années d’enlisement, le juge d’instruction a enfin prononcé, en mai dernier, le non-lieu qui s’imposait. La LDH rappelle à cette occasion que la justice britannique puis la Cour de justice de l’Union européenne, ont annulé l’inscription des organisations de ces réfugiés iraniens sur les listes d’organisations considérées comme terroristes. Il reste à présent à réparer le préjudice porté pendant des années au CNRI et aux personnes poursuivies, notamment en leur reconnaissant désormais la pleine liberté dont ils ont été injustement privés.

Vis-à-vis du régime iranien comme vis-à-vis de l’ancienne dictature tunisienne, la complaisance des gouvernants français, ici plus discrète, là plus tapageuse, a conduit à ignorer, voire à entraver, l’action des opposants aux despotes. La proposition de prêter des forces de police à Monsieur Ben Ali a légitimement scandalisé l’opinion publique française. L’instrumentalisation de la justice pour servir des tractations avec ceux qui font tirer sur des manifestants désarmés dans les rues de Téhéran n’est pas plus à l’honneur des pouvoirs publics français.

Paris, le 17 juin 2011

Article source: http://www.ldh-france.org/Huit-ans-apres-la-rafle-d-Auvers

Communiqués de la LDH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *