18e université d’automne de la LDH « Jeunesses : quelles places dans la société ? »

Les 24 et 25 novembre 2012, à l’espace Reuilly, 21 rue Hénard, dans le 12e arrondissement de Paris.

Chaque année, lors de son université d’automne, La LDH se penche sur des questions profondément en lien avec les évolutions de nos sociétés. En 2012, cette université aura lieu les 24 et 25 novembre à Paris. Il s’agira d’interroger la place des jeunes dans notre pays et à l’échelle européenne, de voir dans quelle mesure les générations sont en passe de devenir une nouvelle clé de lecture des fractures centrales de la société française.



Si les contours de la « jeunesse » restent mal définis, si cette étape de la vie se caractérise par une grande variété de situations, les chiffres montrent que, d’une manière générale, les jeunes sont plus exposés que leurs aînés à la précarité du marché du travail et au chômage. À partir des années 1980, la durée des études s’est allongée, mais en même temps l’entrée des jeunes sur le marché du travail s’est faite plus tardivement, plus difficilement aussi pour ceux qui sortent du système scolaire sans qualification. Les inégalités sociales et les inégalités de genre entre les jeunes ont tendance à se creuser selon leur origine sociale et leur zone de résidence, et leur niveau de vie relatif tend à décroître comparé à celui des générations précédentes, au point que de plus en plus de jeunes vivent en dessous du seuil de pauvreté. L’accès des jeunes à l’ensemble des droits sociaux est aujourd’hui à construire.

Bien évidemment, toutes ces questions seront très présentes dans nos débats car de tels constats sapent les fondements d’une société de solidarité, construite – notamment – sur la solidarité entre les générations. Mais nous voulons aussi aborder la question de la stigmatisation d’une partie de la jeunesse car au cours des dernières années, tout un discours a tendu à ériger les jeunes – en particulier ceux des « quartiers » – en nouvelle « classe dangereuse » et la plupart des lois sécuritaires votées lors du quinquennat ont concerné les mineurs. Il nous a semblé également indispensable d’interroger les nouvelles formes d’engagement des jeunes générations, souvent accusées d’être individualistes, peu politisées, « désenchantées », alors qu’elles savent s’impliquer dans de fortes mobilisations ou inventer de nouvelles formes d’intervention dans le débat public. Enfin, parce que nous ne voulons pas parler des jeunes à leur place, nous avons fait le choix de confier l’animation des ateliers à des mouvements de jeunesse.

Samedi 24 novembre

Présidence : Gérard Aschieri, membre du Comité central

9h – Accueil des participants

9h15 – Mot d’accueil de Michèle Blumenthal, maire du 12e arrondissement de Paris

9h20 – Introduction générale de Françoise Dumont, vice-présidente de la LDH

9h30 – Table ronde « Place des jeunes en Europe : des générations sacrifiées ? »

- Jean-Baptiste Prévost, membre du CESE

- Un économiste de la CES (en attente)

10h30 – Pause

10h45 – Table ronde « Jeunesse, classes dangereuses et politiques publiques »

- Dominique Attias, avocate, responsable de l’antenne des mineurs de Paris

- Francis Bailleau, sociologue, directeur de recherche au CNRS

- Maria Ines, co-secrétaire nationale du SNPS-PJJ / FSU

12h30 – Déjeuner libre

14h30 – 18h – Ateliers

Jeunes des cités : des droits à part ?

Vincent Rebérioux, vice-président de la LDH

(en attente)

Place et difficultés des étudiants

Françoise Dumont, vice-présidente de la LDH

- Ahmed El Khadiri, délégué général d’Animafac

- Unef (en attente)

- Une représentante du Mouvement étudiant québécois (en attente)

Jeunesse et féminisme : l’impatience de l’égalité ?

Nicole Savy, co-responsable du groupe de travail LDH « Femmes, genre, égalité »

- Linda Bouiffrou, chercheure chargée de projet à l’ONG Said, Centre des sciences humaines à New-Delhi

- Thalia Breton, porte-parole d’Osez le féminisme (OLF)

- Marion Charpenel, doctorante au Centre d’études européennes de Science po, Clasches

- Emmanuelle Lhomme, médecin généraliste, praticien contractuel au Centre de contraception et d’IVG de l’hôpital Louis Mourier, Ancic

- Raphaëlle Rémy-Leleu, étudiante en Sciences po, Garçes

- Kerstin Stallmann, assistante sociale, Collectif parisien du CNDF

Jeunesse et accès à la santé

Gislhaine Rivet, secrétaire-adjointe de la LDH, responsable du groupe de travail LDH « Santé, bioéthique »

- Yaëlle Amsellem-Mainguy, chargée de recherche à l’Injep

- Vanessa Favaro, vice-présidente de la LMDE

- Carine Favier, présidente du Planning familial

- Martin Rieussec, président de l’Appel de la jeunesse

- Joaquim Timotéo, chargé d’études et de recherche à l’Injep

- Elise Vertier, co-responsable de Greenpride

Dimanche 25 novembre

Présidence : Nadia Doghramadjian, secrétaire générale adjointe de la LDH

9h15 – Table ronde « Les travailleurs sociaux au défi de la jeunesse en crise »

- Michel Chauvière, sociologue, directeur de recherche au CNRS

- Laurent Ott, formateur-chercheur en travail social, éducateur et enseignant, docteur en philosophie, président de l’association Internèdes Robinson

- Claude Touchefeu, adjointe au maire de Toulouse chargée de la politique de la ville et des solidarités, vice-présidente du CCAS et de Toulouse métropole

10h30 – Pause

10h45 – Table ronde « Jeunes : de nouvelles formes d’engagement ? »

- Fabien Brosset, trésorier du MRJC

- Jacques Ion, sociologue, directeur de recherche au CNRS

- Michel Vakaloulis, enseignant-chercheur en sociologie politique

- Blandine Parchemal, membre secrétaire aux affaires académiques de la Classe

12h30 – Déjeuner libre

14h30 – Comptes-rendus des ateliers

Présidence : Jean-François Mignard, membre du Bureau national de la LDH, rédacteur en chef d’Hommes Libertés

- Compte-rendu de l’atelier « Jeunes des cités : des droits à part ? »

Vincent Rebérioux, vice-président de la LDH

- Compte-rendu de l’atelier « Place et difficultés des étudiants »

Françoise Dumont, vice-présidente de la LDH

- Compte-rendu de l’atelier « Jeunesse et féminisme : l’impatience de l’égalité ? »

Nicole Savy, responsable du groupe de travail « Femmes, genre, égalité »

- Compte-rendu de l’atelier « Jeunesse et accès à la santé »

Gislhaine Rivet, secrétaire-adjointe de la LDH, responsable du groupe de travail LDH « Santé, bioéthique »

16h – Conclusion de l’université d’automne

Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des droits de l’Homme

Téléchargez le programme et le bulletin d’inscription

Article source: http://www.ldh-france.org/18e-universite-d-automne-de-la-LDH.html

Communiqués de la LDH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *