SOS Tunisie : les libertés menacées !

Pétition soutenue par la LDH

Le soutien à cette pétition est ouvert à tous : aux Tunisien(ne)s résidant en Tunisie ou à l’étranger et à nos ami(e)s du monde entier quel que soit leur nationalité ou leur pays de résidence.


L’état des libertés publiques en Tunisie appelle à la vigilance et à la mobilisation.

Nous apprenons, au quotidien, des violations et des atteintes répétées aux libertés fondamentales : à la liberté d’expression, à la liberté de la presse, à la liberté d’information, à la liberté de création et à la liberté de pensée.

Nous, Tunisiennes et Tunisiens de l’étranger, signataires de cet appel, sommes inquiet(e)s de la dégradation des libertés acquises par la Révolution tunisienne, dont la revendication essentielle était : la liberté, le travail et la dignité. Nous sommes inquiet(e)s parce que chaque jour apporte son lot d’atteintes et de violations des libertés publiques et, en particulier, de la liberté de la presse.

Ce lundi 23 janvier se tenait un procès, celui d’une chaîne de télévision – un procès qui n’aurait pas dû exister et qui nous rappelle les sombres moments de la dictature de l’ancien régime. Quels que soient les reproches « légitimes » d’une partie de l’opinion exprimées lors de la projection d’un film ou d’une création artistique, ceux-ci ne justifient ni la violence ni les menaces. Ces reproches ne justifient pas non plus la poursuite judiciaire d’une chaîne de télévision dans l’exercice de son travail. Les médias, quelle que soit leur nature, publics ou privés, doivent jouir de la pleine liberté de diffusion et d’expression dans un pays libre et démocratique.

Lors de ce procès, Abdelhalim Messaoudi, Hamadi Redissi, Zyed Krichen, Salah Zeghidi, Saïda Garrach, Youssef Seddik… (journalistes, universitaires et militants des droits de l’homme), présents aux abords du Palais de justice, ont subi des agressions et des humiliations de la part d’un groupe de personnes dites « salafistes ». Les libertés fondamentales, avec l’indépendance de la justice, sont les piliers et les garants d’une société réellement démocratique. Il est inadmissible qu’une société démocratique ne soit pas capable d’assurer l’ordre public et son maintien, de surcroît lors d’un procès qui semble mobiliser le ban et l’arrière-ban de la partie qui l’a provoqué. Est-ce normal que la sécurité des citoyen(ne)s ne soit pas assurée et que la police soit restée inerte dans un tel contexte ?

Nous ne pouvons rester silencieux devant cette violence, et nous nous joignons à toutes les voix qui, en Tunisie, se sont élevées contre ces méthodes qui nous rappellent de tristes souvenirs.

Nous exprimons notre soutien et notre solidarité aux victimes de ces agressions et déplorons l’absence de sécurité dans ce contexte qui exigeait un minimum de prévention.

Nous, signataires de cet appel, demandons aux autorités publiques d’assumer leur responsabilité de garant du maintien de l’ordre public et de la sécurité des citoyen(ne)s.

Nous regrettons que la police attende des ordres, qui ne viennent pas.

Après les incidents subis par la Faculté de la Manouba et le tâtonnement dans le traitement du problème par les autorités compétentes, nous voilà, à nouveau, aujourd’hui, en présence d’une inertie des autorités en matière de maintien de l’ordre public.

Nous demandons aux autorités publiques de mettre tout en œuvre pour rechercher les auteurs de ces violences, de les traduire devant les tribunaux et d’assurer sans délai la sécurité des personnes menacées.

Nous rappelons que la démocratie ne peut se construire dans un climat d’intolérance et de violence et en l’absence du respect des libertés fondamentales (libertés publiques et individuelles).

Premiers signataires :

Ahmed ABBES, directeur de recherche au CNRS

Selma ABDELHAMID, archéologue, Université de Francfort

Hichem ABDESSSAMAD, chercheur

Khaled ABICHOU, ancien syndicaliste.

Hafedh AFFES, ATNF Lille

Najoua AGREBI, juriste

Sadok AIDI, informaticien.

Mourad ALLAL, militant associatif

Rabeh ARFAOUI, ATF

Zeineb ATTYA, AR2D

Noureddine BAABOURA, militant associatif, FTCR

Houcine BARDI , porte parole du Parti tunisien du Travail

Souhayer BELHASSEN, présidente de la FIDH

Yagoutha BELGACEM, directrice artistique Siwa plateforme.

Ali BEN AMEUR, militant associatif

Sami BENBRAHIM, étudiant

Tarek BEN HIBA, président de la Fédération Tunisienne des Citoyens des deux Rives,(FTCR)

Tahar BENMEFTAH, enseignant à Lyon

Alia BENSAID, Collectif des Femmes Tunisiennes

Lamine BENSALEM

Féthi BENSLAMA, Professeur, Doyen de l’UFR d’Etudes psychanalytiques, Université Paris Diderot, IPAD

Adnane BEN YOUSSEF, membre du bureau politique du PDP

Sophie BESSIS, journaliste et universitaire

Nadia BRAHEM, traductrice – Allemagne.

Abdessalem BRAHIM, Ettajdid

Kaies BOUKHRIS , étudiant en Master Aix-en-Provence

Fatma BOUVET de la MAISONNEUVE, psychiatre, essayiste, élue municipale à Montrouge

Noureddine CHATTI, Association Suedo-Tunisienne, Stockholm

Raouf CHEBBI, universitaire

Hédi CHENCHABI, militant associatif (AIDDA)

Mohieddine CHERBIB, porte parole du Comité pour le Respect des _ Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie, (CRLDHT)

Khadija CHERIF, universitaire, militante, SG de la FIDH

Jilani CHRIGUI, ingénieur.

Mariem DALI, juriste, étudiante (Amsterdam University)

Mohsen DRIDI, militant associatif

Aida EL AMRI, ACTIF

Nacer EL FAHEM Ettejdid France

Nadia ELFANI, cinéaste

Lillia ELGOLLI, écrivain et photographe

Mohamed-Lakhdar ELLALA, président de l’Association des Tunisiens en France (ATF)

Chedly ELLOUMI, militant associatif, Grenoble

Faïza ELLOUZE, militante associative

Mohamed-Chérif FERJANI, universitaire, islamologue à Lyon 2

Raoudha FAOUEL, militante associative (MCTF)

Amine FENDRI, secrétaire général adjoint de la section Paris Ile de France du PDP.

Lotfi FRIGUI

Mohamed Mrad GADHOUMI, PTT France

Gérard HADDAD, psychiatre, psychanalyste, écrivain

Moncef HADDAD, enseignant de chimie Québec

Khaled HAMIDA, médecin membre du comité Central de la LDH

Mohamed Ali HAMMAMI, – France.

Samir HAMMOUDA, PCOT

Mohamed HAMROUNI, militant associatif (MCTF)

Abderrazak HORCHANI BOUAZIZI, président de l’Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF)

Rachid HASNAOUI, professeur des écoles au Mans

Samia HATHROUBI, enseignante, militante associative

Nacer JALLOUL, PTT

Jamel JANI , Association des droits de la personne au Maghreb (ADPM), Canada

Mohamed JAOUA, professeur des Universités

Hedi JEMIAI, retraité de l’Organisation des Nations Unie, Secrétaire Général de l’AFAO

Farah JEMEL, chef de publicité

Hédi JILANI, PTT

Chokri JLASSI, Secrétaire Général Section Paris-Sud du PDP

Noureddine JOUINI, professeur, Université Paris 13.

Dr Mohamed KAABI, Secrétaire Général de l’Association Equilibre et Partage.

Hassane KARKAR, enseignant universitaire retraité.

Al Azhar KHALFALLAH, retraité, Toulouse

Habib KHEMIRI, avocat à la Cour de Paris

Mohamed MANSAR, Centre Culturel Franco-Maghrébin, Chalon S/Saône

Jalel MATRI Union des Tunisiens de Suisse (UTS)

Hédi MEGDICHE, économiste

Yvette MEGDICHE, enseignante

Ali MEZGHANI, universitaire, Paris 1

Krifa MICHKET, auteure et créatrice.

Nidhal MIZOUNI, militante des Droits de l’Homme en Tunisie, Grèce

Najet MIZOUNI, universitaire, Paris 8

Anis MSALLEM, enseignant.

Imane NORA AZOUZI, inspectrice pédagogique et militante associative (Parité et Egalité)

Brahim NSIRI, ancien journaliste.

Bahija OUAZZENI, militante féministe

Ramzi OUESLATI, militant associatif

Besma OTHMANI, membre du collectif 3C.

Leila SAKKA, Ettajdid Ile de France

Alya SAÏDI, enseignante

Evelyne SAIDI

Mohamed SAIDI

Lilya LENHERR-SAIDI

Souha SHIMI, PTT

Dhekra Belwafa SLAMA, Tounssia Hourra.

Mohamed SMIDA, ATF

Noureddine SENOUSSI, président du Réseau Euro-Magrébin Citoyenneté et Culture (REMCC)

Mondher TOUITI, indépendant

Tarek TOUKABRI, ancien candidat PDP à la Constituante

Fethi TLILI, président de l’UTIT

Kamel YOUSFI, président de l’association Solidarité Jasmin Marseille

Hatem ZAAG, directeur de recherche au CNRS, Université Paris 13A

Chadli ZAIDI, coordinateur général du Mouvement des Patriotes Démocrates en France (MOPAD), ancien candidat à la Constituante

Soutiens :

Mgr Jacques GAILLOT, évêque

Samir AMIN, Forum du Tiers Monde, Forum mondial des alternatives, Centre d’études arabes et africaines (Le Caire)

Hélène DUPONT, Partenia 2000, Toulouse

Taoufik ALLAL, Manifeste des libertés

Lina BENMHENNI, universitaire, blogueuse, Tunisie

Taoufik CHAMMARI, Tunisie

Houda BEN GHACHAM, enseignante 9 Avril Tunis.

Franco FABIANI (Roma, Italia), Communication service manager.

Rabâa Ben Achour-ABDELKEFI , universitaire retraitée, Tunisie.

Claudine ROMEO, agrégée de Philosophie, Maître de Conférences en Esthétique à l’université Paris 1 (Panthéon- Sorbonne)

Martine DVORETZKI, retraitée, Orléans

Josette LE BERRE, psycho-sociologue

David GASSEM Samarbakhsh

Annick LOUVEL, consultante en santé publique

Umit METIN, responsable de l’Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (ACORT)

Michel LAVENIR, Bron, France

Amina BOUAYACH, présidente de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme (OMDH)

Kamel LAHBIB, Forum Marocaindes Alternatives Sud (FMAS)

Kamel DAOUD, Ligue Algérienne des Droits de l’Homme (LADH)

Mohamed HARBI, historien

Paul BALTA, ancien journaliste au Monde

Annick COUPE, porte-parole de SUD

Pierre TARTAKOWSKY, président de la Ligue des droits de l’Homme

Pour signer la pétition en ligne :
http://www.petitions24.net/sos_tunisie_les_libertes_menacees

Article source: http://www.ldh-france.org/SOS-Tunisie-les-libertes-menacees

Communiqués de la LDH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *