Pour la liberté d’expression des chercheurs

Communiqué LDH

Deux spécialistes reconnus de l’histoire rwandaise, Jean-Pierre Chrétien, historien, directeur de recherches émérite au CNRS, et Jean-François Dupaquier, journaliste et écrivain, auteurs de Rwanda. Les médias du génocide, témoins-experts auprès du TPIR en 2002, sont poursuivis pour diffamation par l’ancien ambassadeur du Rwanda en France de 1990 à 1994.


Sous couvert de cette poursuite, ce qui leur est en fait reproché c’est d’avoir critiqué, dans un courrier adressé à des responsables associatifs de Rouen, le caractère univoque d’un cycle de conférences consacrées en principe à la « réconciliation » au Rwanda, dont ils expliquaient qu’elles avaient été confiées, en fait, à des orateurs déniant la réalité historique du génocide des Tutsi et du massacre des Hutu démocrates en 1994 au profit de la thèse du « double génocide ».

Comme l’indique la pétition d’historiens et de chercheurs diffusée par le Centre d’études des mondes africains et l’Association des chercheurs de politique africaine, que soutient la Ligue des droits de l’Homme, il s’agit une nouvelle fois d’une tentative d’intimidation des chercheurs pour mettre l’histoire au service d’ambitions politiciennes. La Ligue des droits de l’Homme réaffirme son attachement à la liberté d’expression des chercheurs, au droit de ces derniers à faire bénéficier la société des acquis de leur travail, surtout concernant des questions aussi graves que celles liées à un génocide. Elle s’indigne que les controverses sur le génocide des Tutsi et le massacre des Hutu démocrates au Rwanda en 1994 puissent être considérées comme relevant d’un tribunal correctionnel.

Paris, le 25 octobre 2011

Téléchargez la pétition

Article source: http://www.ldh-france.org/Pour-la-liberte-d-expression-des

Communiqués de la LDH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *