« En Marche », mais pas pour mettre fin à l’état d’urgence ni renoncer aux lois sécuritaires !

Communiqué LDH

 

Se plaçant dans le sillage de la politique sécuritaire des pouvoirs publics précédents, le gouvernement a approuvé en Conseil des ministres, le jeudi 22 juin 2017, deux projets de lois attentatoires aux droits et libertés. Les préfets garderont seuls jusqu’au 1er novembre leurs pouvoirs exorbitants, sans juge pour prévenir les détournements constatés, notamment contre les mouvements sociaux.

Le premier tend à la prorogation de l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre 2017 et aura pour effet de placer, pour la sixième fois, la France sous ce régime d’exception, pour une durée totale inédite de presque deux ans alors que ses conditions légales sont loin d’être réunies et que des rapports parlementaires ont démontré son inefficacité dans la lutte contre le terrorisme. La France demeurera ainsi seule, avec l’Ukraine et la Turquie, à subir ce droit d’exception, dont l’application a conduit à des abus, à des dérives et à une stigmatisation d’une partie de la population.

Le second, supposé nécessaire pour sortir de l’état d’urgence, introduit dans le Code de la sécurité intérieure, après les lois des 3 juin et 21 juillet 2016, des dispositions qui accroissent considérablement les pouvoirs de police administrative du ministre de l’Intérieur et des préfets, et qui sont inspirées, même si elles ne sont pas transposées, par l’état d’urgence (périmètre de sécurité imposant à tous des contrôles d’identité, palpations de sécurité, inspections visuelles et fouilles des bagages, visites des véhicules, mesures individuelles de surveillance à l’égard de personnes présumées suspectes de lien avec le terrorisme comportant des restrictions de libertés, perquisitions de jour et de nuit, saisies de données informatiques…).

La LDH condamne cette fuite en avant des pouvoirs publics, qui, se réfugient dans l’élaboration d’une nouvelle loi sans même avoir pris le temps de procéder à une évaluation pertinente des législations antérieures, et sans non plus s’interroger sur l’efficacité réelle de l’action des services de renseignement et de lutte contre le terrorisme. Se crée ainsi un véritable droit d’exception sans cesse renforcé qui ampute, sans retour possible, les droits et libertés de chacun, au mépris de l’Etat de droit et des engagements internationaux et européens de la France.

Paris, le 23 juin 2017

 

Télécharger le communiqué en PDF

Article source: http://www.ldh-france.org/en-marche-pas-mettre-fin-letat-durgence-renoncer-aux-lois-securitaires/

Communiqués de la LDH

Prélèvements d’empreintes génétiques : la CEDH condamne la France

Communiqué LDH

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) accueille avec une grande satisfaction l’arrêt pris le 22 juin 2017 par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). Saisie par un manifestant qui avait refusé un prélèvement d’empreintes génétiques, elle a condamné la France pour violation de l’article 8 (relatif au respect de la vie privée) de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. La Cour a relevé qu’aucune différenciation n’est actuellement prévue en fonction de la nature et de la gravité de l’infraction commise, malgré la disparité des situations susceptibles de se présenter, et a considéré que le régime actuel de conservation des profils ADN dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg) n’offre pas, en raison tant de sa durée (quarante ans !) que de l’absence de possibilités d’effacement, une protection suffisante.

La LDH demande que le gouvernement mette enfin le Fnaeg en conformité avec les exigences constitutionnelles et européennes. La Cour, dans l’arrêt précité, relève à ce sujet que le gouvernement français n’a aucunement tenu compte de la décision du Conseil constitutionnel du 16 septembre 2010 qui avait émis des réserves d’interprétation s’agissant de la durée de conservation des données personnelles, la nature et la gravité des infractions concernées.

La LDH exige que la France se mette en conformité avec cet arrêt fondamental pour les droits. Elle veut que cessent immédiatement les prélèvements ADN systématiques abondamment pratiqués ces dernières années, à l’encontre des militants syndicaux et associatifs mais aussi lors des gardes à vue, quelle que soit l’infraction reprochée. Enfin, la LDH demande qu’il soit mis fin aux poursuites manifestement disproportionnées intentées aux « refuseurs-ses » sur la base de ce motif.

Paris, le 23 juin 2017

 

Télécharger le communiqué en version PDF

Article source: http://www.ldh-france.org/la-cedh-condamne-la-france/

Communiqués de la LDH

Des prisons pour mineur-e-s saturées !

Communiqué commun : CGT-PJJ, FSU, LDH, OIP, Saf, Sneps-PJJ, Syndicat de la magistrature

Au 1er juin 2017, 851 mineur-e-s étaient détenu-e-s en France. Un seuil qui n’avait plus été atteint depuis 15 ans. Le nombre de mineur-e-s détenu-e-s suit depuis octobre 2016 une courbe de croissance exponentielle particulièrement inquiétante (+16,2 %). Cette hausse est par ailleurs marquée par un recours de plus en plus fréquent à la détention provisoire, et par des condamnations à des peines de plus en plus longues.

Les effets destructeurs de l’incarcération, désormais connus et largement documentés, sont décuplés pour les jeunes : fragilisation des liens familiaux, isolement sensoriel, augmentation de l’angoisse, exacerbation de la violence et des tensions, socialisation dans un milieu criminogène… Mener un travail éducatif individualisé dans un environnement où le collectif est omniprésent, entravé par des contraintes pénitentiaires, s’avère extrêmement difficile. Le taux de récidive suite à une détention en est la preuve : le taux de recondamnation des mineur-e-s dans les cinq ans suivant la détention est de l’ordre de 70 % – plus élevé encore que chez les majeurs (63 %). Afin de réguler cet afflux de détenu-e-s, l’administration pénitentiaire organise des transferts d’un lieu de détention à l’autre, éloignant parfois encore davantage l’adolescent-e du lieu de vie de ses parents ou/et de son service éducatif de référence.

Dans de nombreux quartiers et établissements pénitentiaires pour mineur-e-s, cette situation contraint des jeunes à partager leur cellule. Et ce, alors que le principe de l’encellulement individuel a été réaffirmé par la loi pénitentiaire du 29 novembre 2009 et a fait l’objet de recommandations régulières du Contrôleur général des lieux de privation de liberté. L’article R. 57-9-12 du code de procédure pénale ne permet par ailleurs des dérogations pour les mineur-e-s qu’à titre exceptionnel, pour motif médical ou en raison de leur personnalité.

Le nouveau ministère de la Justice doit se saisir de cette situation en urgence. Il doit donner à la Protection judiciaire de la jeunesse des moyens supplémentaires conséquents pour développer les structures éducatives ouvertes permettant de lutter contre l’incarcération : foyers éducatifs, services d’insertion, milieux ouverts. Et remettre en cause les dispositions sécuritaires qui engendrent cette surincarcération dans une réforme courageuse de la justice des enfants et des adolescent-e-s.

Paris, le 22 juin

Insérer, accompagner, soutenir, éduquer devront être les mots constitutifs de ce projet !

 

 

Article source: http://www.ldh-france.org/prisons-mineur-e-s-saturees/

Communiqués de la LDH

Lettre du collectif Alerte adressée au Président de la République

Objet : Demande d’entretien du collectif Alerte, lutte contre l’exclusion

 

 

Monsieur le Président de la République,

Près de neuf millions de nos concitoyens vivent sous le seuil de pauvreté, soit un million de plus qu’en 2008 et plus de 14 % de la population. Cette situation est intolérable et érode notre cohésion sociale. Les personnes en situation de précarité doivent aujourd’hui être au coeur des politiques publiques.

Le collectif Alerte, commission de lutte contre l’exclusion de l’Uniopss, est composé des plus grandes associations et fédérations nationales de lutte contre la pauvreté dont vous trouverez la liste ci-joint. Il souhaite, comme il l’a exprimé à Mme Agnès Buzyn, lors d’un entretien récent, que, pour lutter contre cette pauvreté et les profondes inégalités qu’elle provoque, après une évaluation partenariale des politiques de lutte contre la pauvreté menées au cours des dernières années, soit mise en place une politique globale de lutte contre la pauvreté et que dans ce cadre le Parlement adopte une loi d’orientation et de programmation pour la lutte contre la pauvreté, permettant aux élus de la nation de débattre et de s’impliquer dans cet enjeu essentiel. Cette LOP devra se mettre en oeuvre par un plan pluriannuel interministériel associant les personnes en situation de pauvreté.

La lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale est en effet un enjeu majeur pour votre quinquennat. Comme nous l’avons exprimé à Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé, nous pensons que la société française ne peut durablement accepter que les inégalités de tous ordres s’accroissent au détriment des populations et des territoires moins favorisés. Le développement économique sur lequel vous vous êtes engagé avec détermination ne se fera pas en laissant sur la touche une partie importante de la population. C’est pourquoi il est important que des objectifs de réduction de la pauvreté soient définis pour le quinquennat et atteints.

La cohésion sociale est en jeu, et mérite une politique à long terme dans un cadre nécessairement interministériel, auquel les élus de la nation doivent être associés.

Les associations de solidarité que nous regroupons souhaitent qu’une délégation d’Alerte puisse vous rencontrer pour examiner ensemble ce projet dont l’enjeu est majeur pour nos concitoyens les plus défavorisés.

Nous espérons pouvoir vous rencontrer rapidement afin que les questions que nous abordons puissent faire partie des priorités de votre gouvernement, conformément à votre engagement de « libérer les énergies et protéger ».

Vous en remerciant par avance, je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de ma haute considération.

 

Pour le Collectif Alerte

François SOULAGE

Président

 

Liste des 38 associations membres du collectif Alerte national :

Amicale du Nid ; Association des Collectifs Enfants Parents Professionnels (ACEPP) ; Association des Paralysés de France (APF) ; Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) ; Association Service Social Familial Migrants (ASSFAM) ; Cimade; Citoyens et Justice ; Comité Chrétien de Solidarité avec les Chômeurs et précaires (CCSC) ; Coorace ; Croix Rouge française ; Droits d’Urgence ; Emmaüs France ; Familles Rurales Fédération Nationale ; Fédération des Associations et des Acteurs pour la Promotion et l’Insertion par le Logement (FAPIL) ; Fédération SOLIHA ; Fédération Entraide Protestante ; Fédération Française des Banques Alimentaires ; Fédération Habitat et Humanisme ; Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS) ; Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et Gens du voyage (FNASAT-Gens du voyage) ; Fédération Vacances et Familles ; Fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés ; Fondation Armée du Salut ; Fonds Social Juif Unifié (FSJU) ; France Terre d’Asile ; Les petits frères des Pauvres ; Ligue des droits de l’Homme ; Médecins du Monde ; Mouvement ATD Quart Monde ; Secours Catholique ; Société de Saint-Vincent-de-Paul ; Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC) ; Union nationale ADMR ; Union nationale des associations familiales (UNAF) ; Union nationale des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (UNAFAM) ; Union nationale pour l’habitat des jeunes (UNHAJ) ; Union professionnelle du logement accompagné (UNAFO) ; Union nationale interfédérale des oeuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux (UNIOPSS)

 

Téléchargez la lettre en format PDF

Article source: http://www.ldh-france.org/lettre-du-collectif-alerte-adressee-au-president-republique/

Communiqués de la LDH

Réfugié-e-s à la frontière algéro-marocaine, la fin de l’impasse

Communiqué d’EuroMed Droits

 

Ce 20 juin 2017, les autorités marocaines ont annoncé la prise en charge de la protection des 13 familles syriennes bloquées à la frontière algéro-marocaine depuis le 18 avril 2017. EuroMed Droits salue cette initiative. Les associations resteront vigilantes à ce que les droits de ces réfugié-e-s soient respectés dans leurs démarches à venir.

 

Il aura fallu deux mois pour que les 28 personnes, dont 10 enfants, parmi lesquelles des personnes malades, se voient autorisées à sortir de la zone de non droit dans laquelle elles étaient laissées depuis plus de deux mois, prises en otage d’un conflit territorial larvé entre l’Algérie et le Maroc.

EuroMed Droits exprime son soulagement vis-à-vis d’une situation qui n’avait que trop duré. Nous saluons la mesure prise par les autorités marocaines. EuroMed Droits souligne la solidarité associative et les solidarités individuelles sans faille en faveur de ces personnes qui illustre la disposition des populations à accueillir les réfugié-e-s, dans cette région comme ailleurs.

Malgré l’absence d’une loi sur l’asile, ces personnes doivent bénéficier d’un titre de séjour et d’un accès à leurs droits économiques, sociaux, civils et politiques.

Nos organisations notent la mention par les autorités marocaine d`une mesure exceptionnelle à titre humanitaire.

EuroMed Droits encourage fortement les autorités marocaines à poursuivre les réformes engagées dans le cadre la politique migratoire initiée en septembre 2013, en adoptant le plus rapidement possible une loi sur l’asile. Seuls des cadres et des procédures clairs, inscrits dans le droit commun concernant le traitement des demandes d’asile et l’accueil des personnes, permettront de respecter les droits des réfugié-e-s au Maroc.

Article source: http://www.ldh-france.org/alerte-refugie-e-s-frontiere-algero-marocaine-fin-limpasse/

Communiqués de la LDH

Solidarité avec les réfugiés syriens bloqués à la frontière algéro-marocaine

Communiqué commun pour un accueil digne des réfugiés à la frontière algéro-marocaine

Le 20 juin est la journée internationale du réfugié. A cette occasion, nous, associations signataires, attirons l’attention de l’opinion publique – tant au Maghreb qu’en France et dans le monde – sur le drame humain qui se déroule dans le sud de la frontière algéro-marocaine, et ce, depuis le 17 avril 2017. En effet, des familles syriennes fuyant la guerre qui sévit dans leur patrie ont traversé plusieurs pays, avant de se retrouver bloquées en plein désert, sans eau, ni nourriture, ni abri.

Grâce à la solidarité des habitants de Figuig (ville marocaine frontalière), plusieurs familles ont été introduites et acheminées vers Oujda. Les autorités marocaines ont arrêté quelques-unes de ces familles et les ont renvoyées à la frontière au mépris de tout droit international de protection des réfugiés. Aujourd’hui, vint-huit réfugiés syriens, dont douze enfants et huit femmes, sont en plein désert.

La militarisation des frontières algéro-marocaines entraîne de graves violations des droits humains. Depuis plusieurs années, les autorités de deux pays chassent les migrants subsahariens d’une frontière à l’autre. Et aujourd’hui, en flagrant délit d’atteinte aux droits des réfugiés et de la Convention internationale de Genève relative à la protection des réfugiés, elles bafouent le plus élémentaire des droits humains : celui d’accueillir des demandeurs d’asile fuyant la guerre dans leur pays.

Cette attitude illustre, dramatiquement, les conséquences de l’approche du tout-sécuritaire imposée aux peuples de la région, qui aspirent à un Maghreb des peuples ouvert, solidaire et démocratique.

 

Face à cette situation, les associations et organisations signataires :

– alertent l’opinion publique sur ce drame humain, qui se déroule près de Figuig, à la frontière algéro-marocaine ;

– exigent des autorités marocaines et algériennes d’assurer la protection des réfugiés, de les accueillir dignement, et de leur garantir instamment l’acheminement des vivres et des soins ;

– interpellent la France, l’Europe et les instances internationales (ONU et HCR…) pour une solution rapide dans le respect du droit, des conventions internationales et la dignité de ces hommes, femmes et enfants.

 

Alger/Paris/Rabat/Tunis, le 20 juin 2017.

 

Associations et organisations signataires :

APEL-Egalité ; Appel d’Avignon à la solidarité avec le peuple syrien ; Asbl Na’oura-Bruxelles ; Association Alsace-Syrie ; Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORT) ; Association Clarté Ambition Courage-France ; Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM-France) ; Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF) ; Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA) ; Association des Marocains en France (AMF) ; Association des parents et amis des disparus au Maroc (APADM) ; Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF) ; Association des Tunisiens de l’Isère citoyens des deux rives (ATI-CDR) ; Association des Tunisiens en France (ATF) ; Association interculturelle pour la laïcité, l’égalité et la solidarité avec les femmes du Maroc (AILES-femmes du Maroc) ; Association marocaine des droits humains (AMDH-Paris/Ile de France) ; Association Na’oura (Belgique) ; Association Promotion des Cultures et du Voyage (APCV) ; Association Syrie Démocratie 33 ; Association TAMAYNUT-France ; Association TIDI-France ; CEDTIM-IPAM ; Comité d’initiatives et de vigilance citoyenne d’Oran (CIVIC Oran) ; Collectif algérien en France ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie) ; Collectif citoyen de soutien aux luttes sociales et démocratiques en Algérie (MASSIRA) ; Collectif des amis d’Alep ; Collectif Démocratie et Modernité-Maroc ; Collectif des familles de disparus en Algérie ; Collectif international pour défendre les victimes de la mafia immobilière et de la délimitation forestière ; Collectif pour une Syrie libre et démocratique ; Comité pour le développement et le patrimoine-Palestine ; Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Palestine (CRLDHP) ; Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT) ; Conseil des lycées d’Algérie (CLA) ; Coordination des organisations démocratiques marocaines de France pour la dignité, contre l’impunité et la hogra ; Coordination maghrébine des organisations des droits humains (CMODH) ; El Ghorba ; EuroMed Droits ; Euro-Mediterraan Centrum Migratie Ontwikkeling (EMCEMO)-Pays-Bas ; Fédération des Amis de Figuig (FAF) ; Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR)
Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées ; Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) ; Femmes plurielles ; Forum citoyen solidarité des Marocains en Europe ; Forum des alternatives Maroc (FMAS) ; Forum marocain pour la Vérité et la Justice (FMVJ-France) ; Forum Palestine Citoyenneté ; Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) ; Immigration Développement Démocratie (IDD) ; Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH) ; Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) ; Ligue des droits de l’Homme (LDH) ; Manifeste des libertés ; Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) ; Observatoire marocain des libertés publiques ; Parti communiste français (PCF) ; Parti d’avant-garde démocratique socialiste (PADS-Europe) ; Parti socialiste unifié (PSU Maroc), section France ; Plateforme euro-marocaine (MDCD) ; Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ)-Algérie ; Rassemblement Ifni-Aït Baarmrane ; Réseau Euromed France ; Revivre (association d’aide aux réfugiés syriens primo arrivants) ; Sortir du colonialisme ; SOS Disparus-Algérie ; Souria Houria (Syrie libre)
Union des étudiants algériens en France (UEAF) ; Voie démocratique-Paris (Annahj-Paris).

 

Article source: http://www.ldh-france.org/solidarite-les-refugies-syriens-bloques-frontiere-algero-marocaine/

Communiqués de la LDH

Algérie/Maroc : la convention de Genève piétinée

Communiqué EuroMed Droits

Depuis plus de 60 jours, l’Algérie et le Maroc laissent à l’abandon 28 réfugié-e-s de Syrie. EuroMed Droits et ses membres exigent que les autorités des deux pays prennent leurs responsabilités et acceptent qu’une délégation humanitaire et une délégation du HCR rejoignent immédiatement ces personnes.

 

Combien de communiqués faudra-t-il encore ? Combien de caravanes associatives bloquées à quelques mètres seulement des refugiée-s devront-être organisées ? Bien que la santé physique et mentale de ces réfugié-e-s se détériore, Alger et Rabat campent fermes sur des positions inflexibles.
Nos organisations dénoncent la logique d’entêtement souverainiste dangereuse qui aboutit à des pratiques qui violent totalement la convention de Genève et les engagements internationaux des Etats concernés. Nous condamnons les arrestations des personnes qui, parmi le groupe, avaient réussi à rejoindre diverses villes, notamment Nador, Oujda et Figuig, et se sont vues interceptées et ramenées de force dans la zone ou elles étaient initialement.

 

Au-delà des éléments qui attesteraient de la présence de ce groupe de personnes d’un côté ou de l’autre de la frontière, ni Alger ni Rabat ne peuvent se départir des principes les plus fondamentaux du droit international qui les obligent. Nos organisations rappellent que :

 

–          Nulle personne en besoin de protection internationale ne peut être pénalisée pour le franchissement non autorisé d’une frontière ;

–          Toute personne a droit à la vie et à la sureté ;

–          Toute personne a droit à l’accès aux soins ;

–          Nul ne saurait être soumis à des traitements inhumains et dégradants ;

–          Les pays signataires de la convention de Genève relative au statut des Réfugié·e·s doivent donner accès au HCR.

En cette journée internationale des Réfugié-e-s, EuroMed Droits et ses organisations membres demandent à ce qu’une délégation internationale du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) soit immédiatement autorisée à se déplacer dans la zone concernée, accompagnée d’une délégation humanitaire permettant un accès aux soins, à de l’eau potable et à de la nourriture.

Selon nos informations, chacune de ces personnes relève du mandat du HCR et dispose d’une solution à sa situation selon leur situation individuelle, y compris la réinstallation et la réunification/regroupement familial. Il ne manque que l’accès.

A bien des égards, cette situation est emblématique des conséquences terribles, parfois mortelles, de la militarisation des frontières et des obstacles faits aux réfugié-e-s pour obtenir protection et accéder à leurs droits dans le monde et notamment dans la région euro-méditerranéenne. Elle est aussi emblématique de la solidarité sans faille des associations et des solidarités individuelles qui s’expriment dans tous les pays envers les réfugié-e-s.

Il est grand temps pour les autorités algériennes et marocaines de cesser cet imbroglio avant qu’il ne soit trop tard et que des vies humaines déjà trop fortement éprouvées, soient perdues. 

 

 

 

Article source: http://www.ldh-france.org/algeriemaroc-convention-geneve-pietinee/

Communiqués de la LDH

Législatives : la confirmation d’une démocratie à refonder

Communiqué LDH

Le deuxième tour des législatives confirme le désarroi démocratique révélé par le premier tour. L’abstention massive est une nouvelle preuve de la distance que prennent nombre de nos concitoyen-ne-s vis-à-vis du processus électoral, alors même qu’il s’agissait de choisir celles et ceux dont le rôle est de faire la loi et de contrôler le gouvernement. Pour la Ligue des droits de l’Homme (LDH) qui l’affirme à nouveau, c’est bien la démocratie qu’il faut refonder, en s’y attelant dès maintenant.

Face à la demande de débats démocratiques publics et contradictoires, le message envoyé aux député-e-s nouvellement élu-e-s, c’est qu’il faut changer la façon de faire participer les citoyennes et les citoyens aux décisions sur les  choix de politiques publiques qui les concernent.

Après son score historique à l’élection présidentielle, l’entrée à l’Assemblée nationale de huit député-e-s du Front national doit avoir comme conséquence une ardente obligation et une totale détermination à agir pour redonner enfin, à toutes et à tous, le goût de la démocratie, du progrès social, du combat contre les discriminations et les inégalités.

Le président Macron a désormais le pouvoir de faire avec sa majorité et son gouvernement. Il leur revient de tirer les leçons de ces scrutins et de répondre aux inquiétudes exprimées. Au vu de leur programme et des premiers projets annoncés, la LDH restera vigilante et agira pour une refondation forte de notre démocratie, pour un dialogue civil et social renforcé, pour la défense de l’Etat de droit, pour la justice sociale et les droits économiques et sociaux.

C’est ce combat pour une société solidaire et pour l’effectivité des droits fondamentaux que la LDH entend mener, avec toutes celles et tous ceux qui le partagent.

 

Paris, le 19 juin

Article source: http://www.ldh-france.org/legislatives-confirmation-dune-democratie-refonder/

Communiqués de la LDH

La LDH dans les médias du 9 au 15 juin 2017

Téléchargez les revues de presse de la LDH du 9 au 15 juin 2017.

Article source: http://www.ldh-france.org/ldh-les-medias-du-9-au-15-juin-2017/

Communiqués de la LDH

Lettre ouverte : « M. le Président, faites cesser ces violences envers les migrants ! »

Plusieurs personnalités et organisations, dont la LDH, alertent le Président sur les violences subies par les exilés à Calais.

Points d’eau supprimés, distributions alimentaires entravées par les forces de l’ordre, violences physiques : les témoignages, rapports et reportages font état ces derniers jours d’actes de maltraitance inhumains insupportables envers les 600 exilés à Calais. Dans cette lettre adressée au président de la République, Emmanuel Macron, plusieurs personnalités demandent à ce que ces violences cessent.

M. le président de la République,

Depuis plusieurs années maintenant, des milliers de migrants transitent chez nous, à Calais, en espérant atteindre la Grande-Bretagne. Ils aspirent à une vie meilleure. Ils ont fui leur pays, leurs proches, leurs familles, ont parcouru des milliers de kilomètres, ont échappé au pire : la faim, la soif, la répression, l’esclavage, la mort. Ils espèrent et attendent sur notre territoire dans des conditions qui ne nous honorent pas. Ces conditions nous font honte. C’est pourquoi M. le Président, nous, associations, ONG, chercheurs, journalistes, écrivains, avocats, artistes, comédiens, réalisateurs, élus, policiers, enseignants, décidons de vous interpeller.

Depuis le démantèlement du camp de Calais fin octobre 2016, les associations et organisations non gouvernementales dénombrent 600 migrants sur place. Celles-ci se battent pour leur assurer ce qu’il y a de plus élémentaire : de l’eau et de la nourriture. Mais voilà deux semaines que les autorités rendent cette tâche difficile. Qu’une “sorte de traque” est organisée pour reprendre les propos du Défenseur des droits dont les collaborateurs se sont rendus sur place. Nous avons lu que des officiers de police interdisent à des migrants de se rendre à une distribution de vivres. Nous avons aussi pris connaissance de ces témoignages de bénévoles, rapportés par plusieurs journalistes, qui racontent comment les CRS les ont empêchés de donner à boire à des exilés dont des enfants. Nous avons appris que tous les points d’eau ont été supprimés, que les exilés dorment à même le sol. Nous avons aussi lu ces récits de migrants qui racontent qu’on les frappe, qu’on les gaze. Qui donne ces ordres ? Est-ce donc cela, selon vous, une police qui protège et qui sert ? Les forces de l’ordre ne méritent-elles pas mieux que d’assoiffer des femmes, des hommes, des enfants déjà exténués par leurs conditions de survie ? Est-ce faire honneur aux policiers que de les assigner à des tâches si inhumaines?

Vous le savez, ces faits sont constitutifs d’une “atteinte aux droits fondamentaux d’une exceptionnelle et inédite gravité”. La justice a été saisie, et nous avons bon espoir qu’au moins, les pressions sur les associations cessent afin qu’elles puissent faire leur travail correctement, afin qu’elles puissent assurer le minimum. Mais vous avez le pouvoir d’agir afin que ces pressions cessent dans l’heure. Et vous avez un pouvoir plus grand encore, celui de mettre en place une politique migratoire digne comme le demandent plus de 200 organisations.

Il y aurait, lit-on, une volonté des pouvoirs publics de ne plus voir de migrants à Calais. Mais il y a une volonté plus grande encore : celle qu’ont ces migrants de vouloir construire une vie meilleure pour eux et leurs familles. Aucun gouvernement ne parviendra jamais, et par quelque mesure que ce soit, à empêcher un individu que la mort, la faim ou la répression poursuit d’aller vers là où la vie est plus douce.

Alors nous vous proposons de faire vôtre une autre volonté : celle de ne plus voir, sur notre territoire, d’individus, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent, victimes de violences et de traitements inhumains et dégradants exercés par l’État. Cela commence par mettre fin à ce qui se passe à Calais. C’est une question d’humanité. Nous ne vous demandons pourtant pas d’être généreux ; il n’est pas question de sacrifier la raison au cœur ; il s’agit seulement, au lieu de mener une politique inutile, et inutilement violente, de respecter les droits humains.

Vous aussi, signez la pétition pour que les violences à l’encontre des exilés de Calais cessent !

Signataires :

La rédaction du Bondy BlogYannick Jadot, député européen – Omar Sy, acteur – Association Auberge des migrants – Assa Traoré, comité Adama – Hélène Sy, présidente de l’association Cékedubonheur – Camille Louis, sociologue – Jean-Luc Mélenchon, député européen – Sud Intérieur-Union syndicale solidaires, syndicat de police – Marie-Françoise Colombani, journaliste – Florence Thune, directrice générale de Sidaction  – La Caution, artistes – Malik Salemkour, président de la LDH – Laurence De Cock, historienne – Raphaël Kempf, avocat – Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde France – Mathilde Larrère, historienne – Alain Gresh, journaliste – Marwan Mohammed, sociologue au CNRS – Aïssata Seck, maire-adjointe de Bondy – Nordine Nabili, journaliste, enseignant – Eric Fassin, sociologue – Christine and the Queens, artiste – Geoffroy de Lagasnerie, philosophe, sociologue – Laurent Cantet, réalisateur  – Océanerosemarie, comédienne – Nadia Lamarkbi, formatrice, coach professionnelle – Christophe Ruggia, réalisateur – Véronique Decker, directrice d’école – Nadia Leila Aissaoui, sociologue, féministe – Céline Sciamma, réalisatrice, scénariste, co-présidente de la Société des Réalisateurs de Films – Etienne Tassin, sociologue – Marwan Muhammad, directeur du Ccif – Marie-Laure Basilien, professeur des Universités en droit public, membre de l’Institut universitaire de France – Ziad Majed, politiste, professeur universitaire – Edouard Louis, écrivain – Médine, artiste – Didier Eribon, philosophe – Alice Diop, réalisatrice – Magyd Cherfi, chanteur, écrivain – Laurent Chalumeau, auteur de polars – Mohamed Hamidi, réalisateur – Robin Campillo, réalisateur – Yasmine Bouagga, sociologue – Alain Mikowski, avocat – Rokhaya Diallo, journaliste – Pascale Ferran, réalisatrice – Association Itinérance CherbourgRaphäl Yem, animateur TV, fondateur de Fumigène magazine – Akram Belkaïd, journaliste, écrivain – Pouria Amirshahi, député, fondateur du “Mouvement Commun” – Nora Hamadi, journaliste – Raphaël Glucksmann, essayiste – Faïza Guène, écrivain – Julien Salingue, docteur en science politique – Syndicat de la magistratureMadjid Messaoudene, conseiller municipal délégué, Saint-Denis, Pierre-Emmanuel Barré, humoriste

Article source: http://www.ldh-france.org/lettre-ouverte-m-president-cesser-ces-violences-envers-les-migrants/

Communiqués de la LDH