Après la ratonnade d’Aigues-Mortes, la LDH rappelle l’égalité des droits et la solidarité

Intervention, au nom de la LDH, de Jacqueline Charretier, présidente de la fédération du Gard, le 1er septembre 2012



Après la chasse à l’homme meurtrière perpétrée dans la nuit du 4 août contre une douzaine de citoyens d’Aigues-Mortes parce que étiquetés « arabes », la LDH s’incline devant la douleur physique et morale des victimes et tient à rappeler une fois encore l’article 1er de la DUDH :
« Tous les êtres humains naissent et demeurent libres et égaux en dignité et en droits. »
C’est le fondement de la Ligue française de défense des droits de l’Homme et du citoyen, créée en 1898, dans le cadre de l’affaire Dreyfus et du procès contre Zola auteur de « J’accuse », pour défendre tous ceux qui seraient atteints dans leurs droits fondamentaux.

En mai dernier, la fédération gardoise de la LDH témoignait de son inquiétude et de sa mobilisation devant les résultats électoraux qui portaient le FN en tête dans le Gard et rappelait que « jamais la haine de l’autre, le repli sur soi, le refus de la diversité n’ont résolu les problèmes d’une société ».

Les difficultés que vivent beaucoup de nos concitoyens dans le Gard et le développement du chômage n’expliquent pas tout et surtout pas la violence aveugle et raciste. Nous ne pouvons accepter sans réagir que le Midi que l’on appelait autrefois « rouge » vire au « brun ». Même par temps de canicule, les mois d’août doivent cesser d’être meurtriers. En août 1893, des ouvriers italiens des Salins du Midi avaient été massacrés par des ouvriers aiguemortais. Août 2012, par chance , n’a pas fait pas de morts. Mais, à chaque fois, c’est la haine qui prime sur la solidarité et l’Autre qui est désigné comme cause de tous les maux.

Le catalogage, l’étiquetage d’êtres humains ou de « communautés » ne sont pas acceptables, que ce soit avec une étoile jaune, un triangle rose ou une ratonnade, et personne ne peut être défini ou attaqué à cause de ses origines. La recherche de boucs émissaires est le fruit de phantasmes et de propagandes haineuses et témoigne de civilisations arriérées. La civilisation méditerranéenne s’est développée autour de notre mer commune, la Méditerranée, qui a vu naître la démocratie et qui devrait nous rendre tellement plus riches de nos différences.

A la LDH, comme dans les autres associations anti-racistes, nous défendons l’égalité des droits, la justice et la solidarité sur les bases du vivre ensemble. Et nous resterons extrêmement vigilants devant l’évolution de ce dossier afin que le calme citoyen et le respect de l’autre retrouvent leur juste place à Aigues-Mortes comme partout en France où on se trompe de colère.

Jacqueline Charretier
présidente de la fédération LDH du Gard
1er septembre 2012

Article source: http://www.ldh-france.org/Apres-la-ratonnade-d-Aigues-Mortes.html

Communiqués de la LDH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *